Votre recherche

Restaurer nos monuments historiques à la chaux hydraulique naturelle

Splendeur retrouvée pour l'église Saint-Georges de Bourbon l’Archambault

Datant de la seconde moitié du XIIème siècle, l’église Saint-Georges de Bourbon l’Archambault est un édifice roman d’inspiration bourguignonne. Classée au titre des Monuments Historiques depuis 1914, l’église souffrait de désordres liés à un défaut de couverture qui a entrainé de multiples pathologies et une très importante détérioration de la façade.

Réalisée par l’entreprise Jacquet Auvergne, spécialisée depuis 1975 dans la sauvegarde et la conservation du patrimoine historique français, l’opération de restauration a été divisée en 5 lots et 3 tranches de travaux pour le lot maçonnerie et pierre de taille.

Le chantier

Commandités par la Mairie de Bourbon l’Archambault, les travaux, qui ont nécessité un savoir-faire particulier dans la connaissance de l’Histoire de l’Art, de l’architecture et des techniques employées, se sont échelonnés sur 4 ans, en 3 tranches d’octobre 2012 à octobre 2016, pour un coût de 600 000 euros.

Désordres dus à des défauts de couverture

Etanchéité défaillante, infiltrations, ruissellements, mauvaise canalisation des eaux… ces principaux désordres observés avant les travaux avaient lourdement détérioré les façades : de nombreuses zones de déjointoiement des pierres de taille ont été observées sur les parements exposés à l’humidité et aux cycles de gel/dégel. Pire encore, une décohésion des organes d’épaulement (tels que les contreforts) ou un encrassement et un développement de micro végétaux sur les parements qui ont été mis en évidence, imposaient une intervention rapide.

Des réparations nécessitant un savoir-faire particulier

« Intervenir sur un monument classé au titre des Monuments Historiques nécessite un savoir-faire très particulier », explique Richard Duplat, l’Architecte en Chef des Monuments Historiques. « Il faut impérativement connaître l’Histoire de l’Art, mais aussi l’architecture et les techniques de réparation employées à l’époque. L’analyse des pathologies du bâtiment a été déterminante dans le choix de l’entreprise, tout comme les contraintes de coordination avec les lots en charge de la restauration de la charpente et de la couverture » analyse le maître d’œuvre ; « SaintAstier est la référence en matière de patrimoine » se réjouit Eric Moquet, Technico- commercial en charge du chantier. « Nos clients architectes ou entreprises ont, entre leurs mains, des trésors de patrimoine que nous devons restaurer dans les règles de l’art; nous savons toujours trouver la solution technique appropriée » conclut-il.

La CHAUX BLANCHE LC ****® NHL 3,5 de Saint-Astier offre une solution idéale

Le calcaire crayeux siliceux extrait de la carrière de SaintAstier se transforme, grâce à une cuisson adaptée, en une chaux naturelle pure qui apporte au mortier des qualités spécifiques, comme la plasticité ou la perméabilité. Très agréable à travailler, la CHAUX BLANCHE LC ****® NHL 3,5
de Saint-Astier a permis un large éventail de finitions à l’outil.

Cumulant des propriétés de prise hydraulique et de durcissement « aérien », la CHAUX BLANCHE LC ****® de Saint-Astier réunit avantages techniques et esthétiques, une combinaison idéale grâce à laquelle il a pu être procédé à la réfection de 550 m2 d’enduits traditionnels en 3 couches et au rejointoiement de 1550 m2 de parement de pierre, sur le bras Nord du transept, le chœur, les chapelles rayonnantes et aussi la nef.

Les mots d’Etienne Thiriet, Directeur de Jacquet Auvergne

« Sa teinte naturelle blanche respecte scrupuleusement la couleur des sables, et s’est aussi révélée parfaitement compatible avec les sables locaux de l’Allier » précise Etienne Thiriet, Directeur de Jacquet Auvergne. « Ainsi, pour teinter les enduits dans la masse, il a été possible de réaliser un grand panel de teintes grâce aux sables employés ou à l’addition d’ocres et terres naturelles. Au final, la réfection des enduits traditionnels (3 couches sur 550 m2) et le rejointoiement de parement de pierre ont pu être effectués au plus proche des mortiers d’origine en termes de grain (granulométrie des sables employées)» complète le dirigeant.

Maître d’ouvrage : Mairie de Bourbon l’Archambault
Maître d’œuvre : Richard DUPLAT : Architecte en chef des Monuments Historiques
Entreprise : Jacquet Auvergne, agence de Saint-Pourçain-sur-Sioule
Budget : 600 000 € – Lot maçonnerie de pierre de taille
Surface : 2 100 m²
Durée chantier : 4 ans (3 tranches d’octobre 2012 à octobre 2016)

Découvrez nos produits