Votre recherche

Bâtir, maçonner, consolider

Les fondamentaux de l’acte de construire et restaurer

Depuis toujours, l’acte de bâtir, maçonner, consolider, couvrir a existé. Lorsque nous restaurons notre maison, une grange, un abri, un château dont les supports sont des supports dits anciens (pierres, moellons, pisé, adobe…), quelques règles s’imposent pour établir le bon diagnostic, et appréhender la bonne solution.

Renforcement des maçonneries par injection

Actuellement, nous avons des outils pour concevoir le renforcement des maçonneries, par injection. Les derniers CCTP, fascicules techniques, du Ministère de la culture révisés font la synthèse des connaissances en ce domaine. 

Pour tous travaux d’injection de maçonnerie ancienne, il est nécessaire de faire référence à ce document. 

Les étapes de l’étude préalable

Nous rappellerons néanmoins quelques points forts de ces documents qui sont encore aujourd’hui méconnus, à savoir: Il est nécessaire de réaliser une étude préalable qui comprend trois phases:

01.
Etude de la maçonnerie
Identification des matériaux composant la maçonnerie: leurs caractéristiques physico-chimiques dans toute l’épaisseur des murs, piliers, etc. En particulier l’analyse de la composition des mortiers permet d’éviter les incompatibilités entre le ciment, et le plâtre, qui provoque de graves pathologies et dans certains cas, jusqu’à la démolition complète de l’ouvrage. Il est également nécessaire de déterminer les dimensions respectives des murs, des matériaux de parements, des fourrures, des maçonneries de fondation, de réaliser une reconnaissance de sol, etc. L’analyse des prélèvements doit permettre d’estimer les pourcentages de vide à injecter et la nature du coulis.
02.
Etude du ou des coulis
Cette deuxième étape consiste à effectuer une étude du ou des coulis en laboratoire. A partir de l’étude de la maçonnerie, les caractéristiques du ou des coulis sont définis. On identifie notamment les éléments suivants : la nature des liants, la maniabilité, le retrait, l’exsudation, etc. Autant d’éléments qui, grâce à cette étude en laboratoire, permettront de mettre au point le ou les coulis ayant les caractéristiques recherchées pour réaliser les travaux de maçonnerie. Mais il existe aussi sur des produits prêts à l’emploi, ce qui évite de réaliser une étude spécifique de composition de coulis.
03.
Epreuve de convenance sur chantier
Cet essai consiste à réaliser sur le chantier dans un ou des volumes de maçonnerie bien délimités, une épreuve d’injection. Cette épreuve permet de tester la ou les compositions de coulis mises au point en laboratoire au cours de l’étape précédente. Enfin, la bonne exécution des travaux pourra être contrôlée à l’aide des mesures suivantes: la vitesse de propagation du son avec comparaison à la valeur initiale, l’auscultation au radar, le carottage éventuellement complété par des essais mécaniques réalisés sur ces carottages, l’examen endoscopique.
Besoin d’un conseil ?

Pour plus de conseils sur l’analyse de vos supports et des solutions possibles, nous vous conseillons de contacter notre équipe technique spécialisée. N’hésitez pas à expliquer votre besoin, nous vous répondrons dans les meilleurs délais !

Pour aller plus loin

Consultez l’article : « La consolidation des mortiers dans les maçonneries anciennes : les coulis d’injection ».